Expiré : 2019/05/17 – 17 mai – Séminaire des doctorant avec Agbedoufia Kodjo Eklou

La prochaine séance du séminaire “doctorants du CEPN” se déroulera ce vendredi 17 maide 12h30 à 13h30 en salle K301 (UFR SEG, campus de Villetaneuse).

Eklou Agbedoufia Kodjo fera une présentation intitulée “Les facteurs déterminants le choix des remèdes antitrust par la Commission Européenne en matière de concentration”.

Vous trouverez ci-dessous le résumé de sa présentation.

Des sandwichs, salades, fruits et bouteilles d’eau seront à votre disposition.

En espérant vous voir nombreux.

Bien cordialement,

L’équipe organisatrice du séminaire doctorants CEPN.
 

Résumé – Les concentrations, qu’il s’agisse de fusions, acquisitions ,création d’entreprises communes,  de prises de participation ou  de coopération ; permettent aux entreprises d’améliorer leur compétitivité en dégageant des gains d’efficacité économique, qui peuvent se répercuter positivement sur la compétitivité globale de l’économie, sur la capacité d’innovation ainsi que sur le bien-être et le pouvoir d’achat des consommateurs. Ces dernières peuvent bénéficier des prix faibles, de l’innovation, de meilleures qualités à raison de la synergie ou de l’économie d’échelle issue d’une plus large concentration.

La Commission Européenne, responsable de la politique communautaire de la concurrence, est chargée par les Traités d’assurer que la concurrence n’est pas faussée dans le marché intérieur$. L’autorisation des concentrations avec ou sans engagement (mesures correctrices) est un domaine complexe compte tenu des particularités et spécificités des firmes ou de certains secteurs réglementés. Après avoir procédé à un recensement des mesures correctrices demandées par la Commission Européenne aux firmes souhaitant fusionner, nous avons établi une typologie des remèdes en trois classes : les remèdes structurels, les remèdes comportementaux et les remèdes mixtes (comportementaux et structurels).  Nous avons analysé les interactions  entre ces derniers et la structure des firmes (type de concentration, secteur d’activité, chiffre d’affaire, …). Afin de mieux mesurer les effets de ces variables explicatives sur les différentes modalités de la variable dépendante, nous avons procéder au calibrage du modèle ce qui nous a conduit à s’appuyer sur un modèle de choix discret  ordonnée à trois équations : le probit multivarié (probit multinomial avec effets fixes).  Les analyses économétriques nous ont permis de clarifier les différentes interactions en jeu et de déterminer les différents facteurs qui orientent le choix des mesures correctrices. –

Les choix sont liés à l’effet espéré par les autorités de la concurrence de la concentration sur le surplus des consommateurs. Plus les autorités de la concurrence n’anticipent un effet à la baisse par rapport à la situation avant l’opération de concentration, plus la probabilité d’imposer un remède ou plusieurs remèdes et que ce(s) remède(s) soi(en)t exigeant(s) est élevée. L’effet attendu des remèdes est de neutraliser la baisse de surplus, donc d’induire une hausse compensatrice au moins équivalente du surplus. L’estimation s’est appuyée  sur l’analyse d’un échantillon de 348 décisions en matière de concentrations autorisées par la Commission Européenne entre 1990 et 2014. Si l’analyse des concentrations fait l’objet d’une littérature féconde, il n’existe pas à notre connaissance beaucoup d’études mettant en interaction les différents remèdes en fonction des caractéristiques des firmes ; ce qui constitue une des justifications de notre recherche.