Le CEPN a 5 nouveaux enseignants-chercheurs !

Le CEPN a le plaisir d’accueillir en ce début d’année universitaire 2017-2018 cinq nouveaux enseignants-chercheurs (1 PR éco, 3 MCF éco, 1 MCF gestion) répartis dans ses 4 axes. Vous trouverez ci-dessous une courte biographie pour chacun.

L’équipe internet s’associe à la direction ainsi qu’à l’ensemble des collègues pour leur souhaiter la bienvenue au sein du laboratoire !

 

Liliana CANO (axe DyCAP) est maître de conférences en économie à l’Université Paris 13  au CEPN. Sa recherche porte sur la répartition fonctionnelle et personnelle du revenu, la mobilité économique et sociale et le développement économique. Elle s’intéresse principalement à l’analyse de la répartition des revenus et des richesses au cours du temps, aux déterminants des inégalités économiques, aux déterminants de la mobilité économique et sociale, au rôle des politiques publiques dans la répartition des revenus, et aux stratégies de moyens d’existence des ménages ruraux.

Elle a obtenu son doctorat en économie en 2015 à l’Université de Toulouse 1 Capitole – LEREPS, sa thèse s’intitule « Income Inequality, Top Income Shares and Economic Mobility: Ecuador 2004-2011 ». Avant d’intégrer le CEPN, Liliana était chercheure postdoctorale au LEREPS dans le cadre du projet ANR « MonOil » en collaboration avec l’IRD, et à la Toulouse Business School.

 

Mustafa ERDEM SAKINÇ  (axe FEMEC) est maître de conférences en économie à l’Université Paris 13. Il est également un chercheur d’Academic-Industry Research Network (theAIRnet), une organisation sans but lucratif fondée aux Etats-Unis qui est dédiée à la recherche académique pour une meilleure compréhension du développement industriel. Il a obtenu son doctorat en économie à l’Université de Bordeaux en 2016. Ses travaux de recherche portent sur les interactions entre les stratégies d’entreprise, la finance d’entreprise et les relations industrielles qui spécifient des pratiques d’entreprise à la fois contrastées et convergentes aux Etats-Unis et en Europe. Il est spécialisé dans les industries aérospatiales, pharmaceutiques et TIC. Il a travaillé en tant que chercheur pour plusieurs projets de recherche nationaux et internationaux dont FINNOV et ISIGrowth qui ont été financé par les Framework Programmes de la Commission Européenne et il continue de contribuer à plusieurs autres projets de recherche dirigés par theAIRnet. À partir de 2017, il participe au projet de recherche GOFINPRO en collaboration avec SOAS Université de Londres et Télécom Ecole de Management, Institut Mines-Telecom.

Avant sa carrière internationale, il a obtenu un baccalauréat ès sciences en économie en 2004 de l’Université Technique du Moyen-Orient (METU) à Ankara et il a travaillé pendant trois ans dans une grande compagnie d’assurance à Istanbul en tant que spécialiste de la gestion des risques. Au cours de cette période, il a également obtenu son premier master sur les études de politique scientifique et technologique au METU. Plus tard, il a commencé à travailler en tant que assistant de recherche au Centre de la Compétitivité Industrielle à l’Université du Massachusetts Lowell où il a obtenu son deuxième master sur le développement économique et social des régions.

 

Fabien HILDWEIN (axe FEMEC) est Maître de conférences en gestion au CEPN. Sous la direction d’Eve Chiapello, il a soutenu sa thèse en 2016 à HEC Paris intitulée « Le travail de mobilisation d’un groupe activiste. Le répertoire tactique, les médias et l’implication de ses membres », reposant sur une ethnographie de 12 mois auprès du groupe activiste La Barbe,dénonçant à l’aide de performances spectaculaires l’absence de femmes en haut des organisations.

Ses intérêts de recherche se portent sur les organisations alternatives (y compris la cogestion), les enjeux féministes au sein des organisations et les interactions entre organisations de mouvements sociaux et entreprises, notamment à travers les questions de RSE.

Il enseigne les ressources humaines et des disciplines connexes à l’IUT de Villetaneuse.

Fabien HILDWEIN a obtenu le prix de thèse 2017 de Association pour le recherche interdisciplinaire sur le management des entreprises (ARIMHE).

 

Yang LU (axe MAFIM) est maître de conférences à Paris 13 depuis 2017. Avant cela, il a passé deux années à l’Université d’Aix-Marseille en tant que postdoc. Entre 2012 et 2015 il a rédigé une thèse de mathématiques appliquées au CREST et l’Université Paris-Dauphine. Sa thèse était financée par l’entreprise de réassurance Scor (convention CIFRE).

Son domaine d’intérêt est l’économétrie, avec des applications en finance (telles que les modèles de volatilité stochastique) et en assurance (telles que le méchanisme de bonus-malus utilisée en assurance automobile). Il a publié, entre autres, dans le Journal of Risk and Insurance. Des détails de sa recherche est disponible sur son site personnel, sites.google.com/site/luyangensae

Yang Lu est ancien élève de l’ENS (Rue d’Ulm), où il a étudié les mathématiques, et de l’ENSAE-ParisTech, où il a étudié l’économie.

 

Mehrdad VAHABI (axe SANSOMI) est Professeur des Universités en économie à l’Université Paris 13, Département DSPS-AES depuis le 1er septembre 2017. Ses domaines de recherche sont Economie Politique des Conflits et de la Prédation, Economie Politique du Développement, Economie institutionnelle, Economie politique de la transition postsocialiste et du Moyen Orient, et Histoire des faits et de la pensée économique. Il a publié deux ouvrages en anglais, l’un chez Edward Elgar en 2004 (The Political Economy of Destructive Power) et l’autre chez Cambridge University Press en 2016 (The Political Economy of Predation : Manhunting and the Economics of Escape). Il a publié dans de nombreuses revues à comité de lecture comme par exemple, Cambridge Journal of Economics, Economic Modelling, Journal of Institutional and Theoretical Economics, Public Choice, Il a également publié de nombreux articles dans les ouvrages collectifs et manuels de référence comme par exemple Elgar Companion to Alfred Marshall (2007) et Handbook of the Economics of Conflict (2011).